Le cacao, de l'arbre à la fève

C’est sur la terre rouge et volcanique de Madagascar que notre producteur Haymar possède ses plantations de cacaoyers. Nous vous racontons sa culture et la récolte des fèves utilisées dans notre bougie Cacao fumé.

ARTICLE 0004 — 24/02/2021

C’est au début du vingtième siècle que la culture du cacaoyer fut introduite à Madagascar. Elle se concentre au nord-ouest de l’île, dans la vallée du fleuve Sambirano. Un micro climat propice à sa culture entre fleuves et massif montagneux. Le cacaoyer ou cacaotier est un arbre tropical de cinq à dix mètres à feuilles persistantes, qui aime l’humidité, la chaleur et l’ombre. Il atteint sa taille adulte vers l’âge de diz ans mais, dès ses quatre ans, la récolte est possible. Il donne des fleurs blanches qui poussent toute l’année à même le tronc puis des fruits que l’on nomme les cabosses.


Trois variétés de cacaotiers sont cultivées à Madagascar (Foreastero, Trinitario et Criollo). L’alliance de ces trois espèces donne à la culture du cacao de l’île un caractère unique.


Le cacaoyer produit environ vingt cabosses par an qui arrivent à maturité en quatre à sept mois. Les cabosses se teintent de multiples couleurs ; vertes, jaunes et rouges. La récolte se fait sur deux périodes : de novembre à mars et de mai à juillet. Quand les cabossent arrivent à maturité, elles sont cueillies à l’aide d’une machette. Chaque cabosse est ensuite fendue pour en extraire vingt à soixante fèves très amères et astringentes. Cette étape s’appelle l’écabossage.


Les fèves enveloppées par une substance blanche, à la fois sucrée et acidulée, qu’on appelle « mucilage », sont nettoyées puis mises à fermenter dans des caisses de bois pendant six à huit jours. Cela permet de développer leurs arômes et de réduire leur amertume. Elles sont ensuite séchées au soleil pendant une à deux semaines puis mises dans des sacs en toile de jute pour être envoyées à l’usine de transformation.


Suzy Le Helley, notre amie parfumeure a eu la chance de rendre visite à Haymar, un jeune producteur malgache plein de ressources et de motivation. Il a récemment développé au côté de ses champs de cacao, du patchouli, plante originaire d’Indonésie au feuillage parfumé et aux notes boisées, fumées. Suzy a voulu recréer avec la bougie Cacao fumé, cette atmosphère si généreuse et chaleureuse que transmet Haymar et ses cultures.


La bougie Cacao fumé contient cinquante fèves de cacao de Madagascar. Parfaite pour affronter l’hiver, elle diffuse une odeur enveloppante et incandescente tel un feu de bois de cacao.

D'AUTRES ARTICLES

Les conseils des ciriers

CHRONIQUE 0001 — 12/10/2020

Les conseils des ciriers

CHRONIQUE 0001 — 12/10/2020

Les conseils des ciriers

CHRONIQUE 0001 — 12/10/2020

Les conseils des ciriers

CHRONIQUE 0001 — 12/10/2020

Les conseils des ciriers

CHRONIQUE 0001 — 12/10/2020

Les conseils des ciriers

CHRONIQUE 0001 — 12/10/2020

La revue de presse de notre collection d'hiver

La revue de presse de notre collection d'hiver

ARTICLE 0005 — 05/03/2021

La revue de presse de notre collection d'hiver
Le mimosa, l’or jaune de la côte d’azur

Le mimosa, l’or jaune de la côte d’azur

ARTICLE 0001 — 25/09/2020

Le mimosa, l’or jaune de la côte d’azur

© RÉCOLTES — Tous droits réservés  — Crédits photo : Léa Boeglin 

Conception graphique : Sophie Doléans

MENTIONS LÉGALES

À PROPOS DE RÉCOLTES
POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ
CGV

AIDE

CONTACT
LIVRAISONS ET RETOURS
LES CONSEILS DES CIRIERS

NOUS SUIVRE

NEWSLETTER
  • Instagram
  • Facebook

PRESSE

CONTACT PRESSE
DOSSIER DE PRESSE

© RÉCOLTES — Tous droits réservés — Crédits photo : Léa Boeglin — Conception graphique : Sophie Doléans

MENTIONS LÉGALES

AIDE 

PRESSE

  • Instagram
  • Facebook

NOUS SUIVRE

C’est sur la terre rouge et volcanique de Madagascar que notre producteur Haymar possède ses plantations de cacaoyers. Nous vous racontons sa culture et la récolte des fèves utilisées dans notre bougie Cacao fumé.

C’est au début du vingtième siècle que la culture du cacaoyer fut introduite à Madagascar. Elle se concentre au nord-ouest de l’île, dans la vallée du fleuve Sambirano. Un micro climat propice à sa culture entre fleuves et massif montagneux. Le cacaoyer ou cacaotier est un arbre tropical de cinq à dix mètres à feuilles persistantes, qui aime l’humidité, la chaleur et l’ombre. Il atteint sa taille adulte vers l’âge de diz ans mais, dès ses quatre ans, la récolte est possible. Il donne des fleurs blanches qui poussent toute l’année à même le tronc puis des fruits que l’on nomme les cabosses.


Trois variétés de cacaotiers sont cultivées à Madagascar (Foreastero, Trinitario et Criollo). L’alliance de ces trois espèces donne à la culture du cacao de l’île un caractère unique.


Le cacaoyer produit environ vingt cabosses par an qui arrivent à maturité en quatre à sept mois. Les cabosses se teintent de multiples couleurs ; vertes, jaunes et rouges. La récolte se fait sur deux périodes : de novembre à mars et de mai à juillet. Quand les cabossent arrivent à maturité, elles sont cueillies à l’aide d’une machette. Chaque cabosse est ensuite fendue pour en extraire vingt à soixante fèves très amères et astringentes. Cette étape s’appelle l’écabossage.


Les fèves enveloppées par une substance blanche, à la fois sucrée et acidulée, qu’on appelle « mucilage », sont nettoyées puis mises à fermenter dans des caisses de bois pendant six à huit jours. Cela permet de développer leurs arômes et de réduire leur amertume. Elles sont ensuite séchées au soleil pendant une à deux semaines puis mises dans des sacs en toile de jute pour être envoyées à l’usine de transformation.


Suzy Le Helley, notre amie parfumeure a eu la chance de rendre visite à Haymar, un jeune producteur malgache plein de ressources et de motivation. Il a récemment développé au côté de ses champs de cacao, du patchouli, plante originaire d’Indonésie au feuillage parfumé et aux notes boisées, fumées. Suzy a voulu recréer avec la bougie Cacao fumé, cette atmosphère si généreuse et chaleureuse que transmet Haymar et ses cultures.


La bougie Cacao fumé contient cinquante fèves de cacao de Madagascar. Parfaite pour affronter l’hiver, elle diffuse une odeur enveloppante et incandescente tel un feu de bois de cacao.

ARTICLE 0004 — 24/02/2021