La fleur d'oranger, une madeleine de Proust

C’est dès le mois de mars, dans la région de Nabeul en Tunisie, que les effluves de fleur d’oranger annoncent la saison de la cueillette. Nous vous racontons son histoire, de sa récolte à notre bougie Fleur d’oranger coton.

ARTICLE 0006 — 07/04/2021

La fleur d’oranger a son propre terroir, celui de la région de Nabeul. La Tunisie est le premier producteur de bigaradier grâce à son climat semi-aride favorable à sa culture. La récolte commence dès la floraison, entre mi-mars et mi-avril. La production est domestique et les agriculteurs locaux vendent leurs fleurs à ceux qui en extracteront les composés olfactifs dans la nuit même.


Le bigaradier (appelé aussi orange amère) est originaire d’Asie. Il est cultivé en Europe depuis le dixième siècle. L’arbre offre plusieurs matières premières odorantes mais la plus précieuse est la fleur d’oranger.


C’est dès l’aube que les femmes se hissent sur des escabeaux pour atteindre les plus hautes branches et détacher avec habileté les fleurs qu’elles laissent tomber sur de longs draps blancs. La cueillette de la fleur, qui pousse en bouquets, se pratique à la main, en prenant soin de ne prélever que les fleurs ouvertes. La cueilleuse repassera trois ou quatre fois sur chaque arbre pendant la période de récolte pour ne prélever que les fleurs déjà ouvertes.

Chacune amassera entre huit et douze kilos de fleurs qui seront collectées, triées et traitées le soir même dans l'un des ateliers de distillation et d’extraction de la région.

Il faut environ une tonne de fleurs pour extraire un kilo de néroli (nom donné à l’huile essentielle) et six cents litres d’eau de fleurs d’orangers.


Marine Ipert, parfumeure de Récoltes, nous raconte ses souvenirs.

« À chacun sa madeleine de Proust. Pour moi, c’est la fleur d’oranger. Elle me transporte au pied des collines de Golf Juan chez mes grands-parents et dans mon jardin d’enfance où mon père a planté une multitude d’agrumes (bigaradier, oranger, citronnier, pamplemoussier…). J'aime beaucoup la douceur et la rondeur de cette fleur. C'est ce cocon olfactif que j’ai voulu retranscrire dans la bougie Fleur d’oranger coton. »


La bougie Fleur d’oranger coton contient 60 fleurs d’oranger de Tunisie enveloppées de muscs et de zestes de mandarine. Un parfum régressif à allumer sans modération pendant le printemps !


Découvrez la en cliquant ici !

D'AUTRES ARTICLES

Les conseils des ciriers

CHRONIQUE 0001 — 12/10/2020

Les conseils des ciriers

CHRONIQUE 0001 — 12/10/2020

Les conseils des ciriers

CHRONIQUE 0001 — 12/10/2020

Les conseils des ciriers

CHRONIQUE 0001 — 12/10/2020

Les conseils des ciriers

CHRONIQUE 0001 — 12/10/2020

Les conseils des ciriers

CHRONIQUE 0001 — 12/10/2020

La revue de presse de notre collection d'hiver

La revue de presse de notre collection d'hiver

ARTICLE 0005 — 05/03/2021

La revue de presse de notre collection d'hiver
Les conseils des ciriers

Les conseils des ciriers

ARTICLE 0002 — 01/10/2020

Les conseils des ciriers
Le mimosa, l’or jaune de la côte d’azur

Le mimosa, l’or jaune de la côte d’azur

ARTICLE 0001 — 25/09/2020

Le mimosa, l’or jaune de la côte d’azur

© RÉCOLTES — Tous droits réservés  — Crédits photo : Léa Boeglin 

Conception graphique : Sophie Doléans

MENTIONS LÉGALES

À PROPOS DE RÉCOLTES
POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ
CGV

AIDE

CONTACT
LIVRAISONS ET RETOURS
LES CONSEILS DES CIRIERS

NOUS SUIVRE

NEWSLETTER
  • Instagram
  • Facebook

PRESSE

CONTACT PRESSE
DOSSIER DE PRESSE

© RÉCOLTES — Tous droits réservés — Crédits photo : Léa Boeglin — Conception graphique : Sophie Doléans

MENTIONS LÉGALES

AIDE 

PRESSE

  • Instagram
  • Facebook

NOUS SUIVRE

C’est dès le mois de mars, dans la région de Nabeul en Tunisie, que les effluves de fleur d’oranger annoncent la saison de la cueillette. Nous vous racontons son histoire, de sa récolte à notre bougie Fleur d’oranger coton.

La fleur d’oranger a son propre terroir, celui de la région de Nabeul. La Tunisie est le premier producteur de bigaradier grâce à son climat semi-aride favorable à sa culture. La récolte commence dès la floraison, entre mi-mars et mi-avril. La production est domestique et les agriculteurs locaux vendent leurs fleurs à ceux qui en extracteront les composés olfactifs dans la nuit même.


Le bigaradier (appelé aussi orange amère) est originaire d’Asie. Il est cultivé en Europe depuis le dixième siècle. L’arbre offre plusieurs matières premières odorantes mais la plus précieuse est la fleur d’oranger.


C’est dès l’aube que les femmes se hissent sur des escabeaux pour atteindre les plus hautes branches et détacher avec habileté les fleurs qu’elles laissent tomber sur de longs draps blancs. La cueillette de la fleur, qui pousse en bouquets, se pratique à la main, en prenant soin de ne prélever que les fleurs ouvertes. La cueilleuse repassera trois ou quatre fois sur chaque arbre pendant la période de récolte pour ne prélever que les fleurs déjà ouvertes.

Chacune amassera entre huit et douze kilos de fleurs qui seront collectées, triées et traitées le soir même dans l'un des ateliers de distillation et d’extraction de la région.

Il faut environ une tonne de fleurs pour extraire un kilo de néroli (nom donné à l’huile essentielle) et six cents litres d’eau de fleurs d’orangers.


Marine Ipert, parfumeure de Récoltes, nous raconte ses souvenirs.

« À chacun sa madeleine de Proust. Pour moi, c’est la fleur d’oranger. Elle me transporte au pied des collines de Golf Juan chez mes grands-parents et dans mon jardin d’enfance où mon père a planté une multitude d’agrumes (bigaradier, oranger, citronnier, pamplemoussier…). J'aime beaucoup la douceur et la rondeur de cette fleur. C'est ce cocon olfactif que j’ai voulu retranscrire dans la bougie Fleur d’oranger coton. »


La bougie Fleur d’oranger coton contient 60 fleurs d’oranger de Tunisie enveloppées de muscs et de zestes de mandarine. Un parfum régressif à allumer sans modération pendant le printemps !


Découvrez la en cliquant ici !

ARTICLE 0006 — 07/04/2021